fleur

BIENVENUE SUR LE SITE
D'ALAIN DELAYE

soleil
Moteur de recherche interne avec Google

SAGESSE DU TAI CHI


RPorteil

Richard Porteil

Le Taï Chi chuan est un art martial très pratiqué non seulement en Chine où il a survécu au maoïsme, mais aussi dans le monde entier. On peut le voir pratiquer en groupe ou individuellement dans les parcs de nombreuses villes européennes et américaines.

Son histoire est obscure et ses origines probablement multiples. Une légende fait remonter son invention à un prêtre taoïste du XIIème siècle qui l'aurait mis au point après avoir vu le combat d'une grue avec un serpent. Mais ce n'est qu'à partir du XVIIIème siècle que l'on peut repérer l'existence de diverses écoles (Yang, Chen, Sun, Wu) dont l'inspiration taoïste de base est cependant commune.

Selon le taoïsme, l'univers est animé par un principe régulateur (le tao) dont l'énergie (chi) fonctionne selon un rythme binaire (yin-yang). Comme le dit le Livre des mutations (Yi king) "Une alternance de yin et de yang, voilà le tao." L'énergie vitale qui est en nous obéit à ce rythme et le taï chi chuan s'emploie à la faire circuler de la manière la plus harmonieuse possible. Il insiste sur le développement d'une force souple (jing) par opposition à la force physique dure (musculaire). D'où l'importance de la décontraction qui permet de délier et couler les mouvements.

Le taï chi n'est pas fatigant mais énergisant. Il peut se pratiquer en tous lieux et à tout âge (il convient très bien aux personnes âgées). La dynamique de ses mouvements est lente, continue, esthétique. On en parle parfois comme d'une nage dans l'air, un combat d'ombres ou une méditation en mouvement. En fait, l'attention du pratiquant est centrée sur son intérieur d'où tous ses mouvements procèdent.
L'apprentissage commence par la mémorisation de la Forme divisée en trois parties : la Terre, l'Homme et le Ciel. Celle-ci est un enchaînement de mouvements se développant sur un rythme lent qui permet au pratiquant de les vivre pleinement. La mémorisation se fait patiemment car la rigueur dans chaque position est nécessaire pour lâcher les tensions et permettre un travail profond sur l'énergie interne. La recherche de l'enracinement, la prise de conscience des cercles et des ouvertures et la compréhension du mouvement pour trouver ses directions, sont les bases.
Petit à petit la présence s'affine, la respiration devient plus profonde, les tensions s'estompent, les gestes se fluidifient et le mental se calme, permettant une pratique paisible, relaxante et énergisante. Par la suite, la forme est précisée par plusieurs niveaux internes de travail (yin-yang, spirales, centrage …) et les exercices avec partenaire deviennent plus nombreux.

Il existe de nombreux clubs de taï chi en France et notre intention n'est pas ici de les répertorier (Voyez sur le Net). Signalons simplement, pour les personnes habitant la région des pays de Loire (Angers, Cholet, Poitiers), l'existence de deux excellents instructeurs : Richard Porteil (06 76 82 49 18) et Luc Gerdil-Margueron (06 15 79 29 09), avec qui vous pouvez prendre contact. Ils enseignent le style yang : forme en 108 mouvements.

Contact / Haut de page